close
Que cherchez-vous ?
close
Choix de la langue
  • Mineur-e-s non accompagné-e-s (MNA)

De nombreuses personnes mineures quittent leurs pays seules, confrontées à un danger ou à des perspectives d'avenir incertaines. Plusieurs centaines d'entre elles arrivent chaque année en Suisse. Le SSI Suisse s’engage à soutenir les MNA dans l'exercice de leurs droits et la recherche de solutions individuelles durables. Il peut s'agir de l'intégration dans le pays d'accueil, de l'intégration dans un pays tiers ou de la réintégration dans le pays d'origine.

Les MNA, des enfants avant tout
Les mineur-e-s non accompagné-e-s sont en premier lieu des enfants et des jeunes qui doivent être traités conformément aux dispositions de la Convention relative aux droits de l'enfant (ratifiée par la Suisse en 1997), qui place l'intérêt supérieur de l'enfant au centre. Le SSI Suisse effectue un travail d’information et de sensibilisation des autorités concernées, des expert-e-s et des responsables politiques sur le besoin de protection des MNA.

Harmonisation des standards
En Suisse, la responsabilité de l'hébergement et de la prise en charge des personnes demandeuses d'asile est réglementée au niveau cantonal, ce qui entraîne des systèmes cantonaux différents pouvant affecter la capacité des MNA à construire leurs perspectives d’avenir. Le SSI Suisse s’engage en faveur de l’harmonisation des standards de prise en charge des MNA dans toute la Suisse et soutient les professionnel-le-s dans la mise en œuvre de pratiques centrées sur l’intérêt supérieur de l'enfant.

Accompagnement à l’âge adulte
Le passage à la majorité entraîne des changements importants pour les MNA, notamment en ce qui concerne leur situation juridique, le logement et les possibilités de formation. Les MNA ont ainsi besoin d'un soutien au-delà de l'âge de la majorité. En complément à l’accompagnement institutionnel, des personnes de référence de la société civile, notamment par le biais de parrainages, peuvent offrir aux jeunes adultes un soutien important grâce à la création de relations stables et durables.

Nos prestations

Soutien individuel aux MNA

  • Services transnationaux
  • Formation-Perspectives : Octroi de bourses d’études
  • Réintegration dans le pays d'origine
  • Notre avocat spécialisé en droit d’asile et des étrangers est mandaté par le Service de protection des mineurs de Genève pour le suivi juridique des MNA. Ce suivi comprend, notamment, les recours ou demandes de réexamen, les demandes de regroupement familial, de conversion de permis F (admission provisoire), de régularisation du séjour ou de naturalisation, la reconnaissance du statut d’apatride ou encore la recherche de moyens de preuve à l’étranger.
  • Projets
    • MYSELF est une plateforme en ligne pour les mineur-e-s non accompagné-e-s approchant de la majorité. Le passage à l’âge adulte est une période clé de la vie qui comporte son lot de défis. C’est d’autant plus le cas pour les jeunes qui ne se trouvent pas dans leur environnement familial. Créée en collaboration avec les cantons romands, la plateforme MYSELF vise à soutenir les jeunes dans leur apprentissage de l’autonomie. La plateforme comprend des fiches interactives et informatives sur les thèmes de la santé, des relations, du projet et de la vie quotidienne, des services utiles aux MNA au sein des cantons ainsi que d’autres contenus comme des news et vidéos.
    • Le projet MY PERSPECTIVE est mené conjointement avec l'association Peer-Campaigns et UNICEF Suisse et Liechtenstein. Pendant une semaine, les MNA traitent de leurs souhaits et de leurs questions sur l'avenir et les traduisent en interviews filmées avec de jeunes adultes qui, comme eux, ont fui en Suisse en tant que MNA. De cette manière, ils reçoivent des conseils de la part des jeunes adultes et peuvent tirer de leurs parcours leurs propres perspectives d'intégration.

       

       

      • Journal MNA : Dans le cadre d’un camp d’été réunissant une dizaine de jeunes des différents cantons romands, le journal MNA « Ma voix pour toi » a été créé par les jeunes et pour les jeunes. Ce journal a pour objectif d’aborder le quotidien de ces jeunes, leur parcours et leurs préoccupations. La 2ème édition du journal s’est intéressée à la formation de ces jeunes et la 3ème édition s’est faite en collaboration avec l’association Païdos et des étudiant-e-s du Master interdisciplinaire en droits de l’enfant (MIDE) sous la forme d'un blog.
      • L’Atelier vidéo « Ici mon futur » avait pour objectif de créer plusieurs courts métrages réalisés par des jeunes migrant-e-s et des jeunes de Genève. En mettant l’accent sur la participation et la collaboration entre les jeunes genevois-e-s et les jeunes migrant-e-s, l’objectif de cet atelier a été de renforcer l’intégration sociale des jeunes migrant-e-s dans notre pays en mettant l’accent sur le rapport aux autres et le vivre ensemble. L’atelier se basait sur une démarche participative et créative visant ainsi à comprendre la situation et le quotidien des jeunes migrant-e-s dans leur nouvel environnement genevois. Une diffusion dans le cadre du FIFDH a également eu lieu en 2018, en présence des jeunes réalisatrices et réalisateurs, faisant salle comble.
      • Soutien au Réseau Afrique de l’Ouest pour la protection des enfants (RAO)
      • Best Interest Determination pour requérant-e-s d’asile mineur-e-s : Dans le cadre d'un projet pilote, le SSI Suisse, en collaboration avec le HCR Suisse et Liechtenstein, a testé la manière dont les éléments d'une détermination de l'intérêt supérieur (Best Interest Determination) et l'élaboration d'une solution durable pour requérant-e-s d’asile mineur-e-s non accompagné-e-s pourrait être intégrés dans la procédure d'asile suisse. Le projet a été réalisé de 2018 à 2019 dans ce qui était alors le centre d'essai de la nouvelle procédure d'asile à Zurich, en coopération avec le Secrétariat d'Etat aux Migrations SEM et la Berner Rechtsberatungsstelle für Menschen in Not, qui était responsable pour la représentation juridique des requérant-e-s d’asile mineur-e-s.

Soutien aux professionnel-le-s et expert-e-s

Plaidoyer

  • Le groupe de plaidoyer pour les jeunes déboutés réunit des membres de la Coordination asile Genève, dont le SSI Suisse, ainsi que des jeunes concernés par cette situation. Cela fait suite aux différentes motions approuvées par le Grand Conseil genevois. La Coordination asile a ainsi décidé de mettre en place des groupes de travail et discussion avec les jeunes concernés et de recenser celles et ceux nés dès 1995 se trouvant à Genève et étant à l’aide d’urgence. Ce recensement a pour objectif de pouvoir décrire le parcours de ces jeunes de manière détaillée, notamment en terme de parcours scolaire et de formation, afin de travailler avec eux et le réseau genevois pour essayer de trouver des solutions individuelles et collectives pour chacun-e. Une publication de ce recensement a été éditée au printemps 2021 et les membres se sont mobilisés dans le cadre de la campagne « Education pour toutes et tous - maintenant ! » de Solidarité sans frontières.

Voir le flyer

L'ADEM est née en 2006 de la fusion du SSI Suisse, de l'Institut International des Droits de l'Enfant et de Terre des Hommes dans le but d'établir un réseau d'organisations et d'experts qui s’engagent pour la mise en œuvre de la Convention des Droits de l'Enfant (ratifié en Suisse en 1997) en Suisse et donc pour les droits et intérêts des enfants migrants. En 2016, l'Organisation Suisse de l’Aide aux Réfugiés est devenue une organisation partenaire. De 2006 à 2018, l'ADEM a organisé différents colloques nationaux, a rédigé des déclarations sur les évolutions en cours et a fourni des informations sur le sujet des mineurs non accompagnés. L'ADEM s'est également adressée directement aux enfants et aux jeunes concernés en leur fournissant des informations sur différents aspects de la vie tels que le droit de séjour, le passage à la majorité ou les contacts avec la famille. Les résumés des colloques sont listés dans la rubrique Documentation.
95
MNA et ex-MNA ayant reçu un soutien juridique, social ou financier en 2020
122
participant-e-s aux rencontres intercantonales en 2020